Repeuplement de l’anguille…

Date de publication : 31/05/2017

L’association Migrateurs Rhône Méditerranée (MRM), l’association des Amis des Marais du Vigueirat et la Tour du Valat - Institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes, ont réalisé un document de vulgarisation scientifique pour communiquer sur les résultats d’un projet expérimental qui s’est déroulé aux Marais du Vigueirat de 2007 à 2015. Les objectifs de ces travaux de recherche étaient d’« évaluer la faisabilité, la pertinence et l’efficacité du repeuplement d’anguilles selon le stade d’introduction (civelles, anguillettes ou anguilles jaunes) et le milieu d’origine des anguilles déplacées (eau douce ou eau saumâtre) ».

 

Un document qui fait écho au contexte réglementaire de l’anguille européenne

L’article 7.1 du règlement E(CE) n°1100/2007 du Conseil des ministres du 18 septembre 2007, publié au Journal officiel de l’Union européenne du 22 septembre  2007, instituant des mesures de reconstitution du stock d’anguilles européennes stipule que si un Etat membre autorise la pêche d’anguilles d’une longueur inférieure à 12 cm (…), il devait réserver 35% des captures d’anguilles de moins de 12 cm pour des opérations de repeuplement dans les eaux intérieures de l’Union européenne en 2009. Ce taux a été progressivement porté à 60% en 2013. L’objectif ultime d’une telle mesure de gestion est d’augmenter le nombre de reproducteurs partant en mer en augmentant le nombre de recrues entrant dans un système (par déplacement d’individus pêchés).

Selon le rapport français sur les opérations de repeuplement, le repeuplement ne peut être considéré comme efficace que si le nombre et la qualité des futurs reproducteurs (anguilles argentées) issus des individus repeuplés sont au moins équivalents à ceux des individus ayant naturellement colonisé le système (Frotté et al., 2012).

Pour cela deux axes principaux ont été étudiés dans le cadre de ce projet porté par l’association MRM, la Tour du Valat et les Amis des marais du Vigueirat:

A/ Estimer le nombre d’anguilles argentées produites par nombre d’individus introduits pour chacun des lots introduits,

B/ Estimer la qualité des anguilles argentées issus du repeuplement.

 

Le site expérimental « Pisci-Sud » aux Marais du Vigueirat

Ce site était auparavant une ancienne pisciculture située au cœur des marais du Vigueirat, qui sont aujourd’hui une Réserve Nationale couvrant 1000 ha située à l’est du delta du Rhône. L’étang Piscisud a une surface de 32 ha dont 12 en eau libre le reste étant couvert d’une roselière. Cet étang a une profondeur moyenne de 50 cm maintenue par pompage toute l’année pendant la durée du projet. Du fait de son usage originel, le site est clos, une condition impérative pour l’expérimentation : les anguilles introduites ne peuvent donc s’échapper vers d’autres milieux.

 

Déroulement de l’expérimentation 2007-2015

L’expérimentation a commencé en octobre 2007 avec l’introduction de 3 lots d’anguillettes et d’anguilles jaunes (juvéniles de 200 à 622 mm), toutes marquées individuellement. De 2008 à 2012, entre janvier et mars, 2.5 kg de civelles (juvéniles de moins de 120 mm) ont été introduites dans Piscisud. Elle a pris fin avec l’assèchement total de l’étang Piscisud à fin de l’été 2015 et la récupération de tous les poissons présents.

De mai 2008 à octobre 2014, l’étang Piscisud a été échantillonné pendant 9 jours consécutifs en mai et en octobre à l’aide d’engins passifs (capechades, verveux). Toute anguille capturée, supérieure à 140 mm, était marquée avec des marques passives (type puce électronique). A chaque fois qu’une anguille argentée (futur reproducteur) était capturée, elle était sortie du système, des estimations d’âge étaient effectuées à l’aide des otolithes (pièce calcaire où l’on observe des stries marquant une période de croissance) et des prélèvements étaient effectués pour déterminer sa qualité.

>>Otolithe d’une anguille de 746 mm introduite en 2007 et reprise  en mars 2015 âgée de 94 mois.

 

L’édition d’un document en retour des principaux résultats obtenus

La plaquette nouvellement éditée par MRM en mars 2017 permet de valoriser l’investissement technique et financier mobilisé de 2007 à 2015 et de porter à connaissance les résultats majeurs obtenus grâce à ces expérimentations.

Il s’agit d’un document composé de 6 volets (format plié A4), à destination des gestionnaires, financeurs, partenaires techniques, administrations, collectivités et grand public.

Elle se présente sous la forme de notes thématiques de la Tour du Valat, de chiffres-clés et aborde en particulier :

  • le contexte du projet (statut Anguille, PGA, PLAGEPOMI),
  • la présentation du site expérimental aux marais du Vigueirat,
  • les grands axes de travail / méthodologies pour le repeuplement, marquage recapture, suivi des proies, âge et qualité des géniteurs,
  • les principaux résultats, dont ceux importants en termes de gestion.

 

>> TELECHARGER LA PLAQUETTE

 

  • Contact (documentation) :
Chargée de communication de l’association Migrateurs Rhône Méditerranée

 

  • Contacts scientifique et techniques sur le projet :
Association des Amis des Marais du Vigueirat
 
Nicolas Delphine, nicolas@tourduvalat.org
Chargée de Recherche en Biologie de la Conservation des Espèces de Poissons à la Tour du Valat
 
Directeur de l’association Migrateurs Rhône Méditerranée
 
Technicien hydrobiologiste en charge des fleuves côtiers PACA, MRM